L’université syndicale d’été de la CFDT était en 2016 sous le signe de la solidarité, ainsi que l’y invitait le secrétaire général Laurent Berger dans son mot de bienvenue :

La solidarité est une valeur essentielle de la CFDT.

À l’heure où le monde est confronté à de profondes mutations – numériques, sociétales, démographiques ou migratoires – qui provoquent une défiance généralisée de la part de citoyens, il est essentiel de lui redonner tout son sens. La solidarité est un levier qui doit nous permettre de faire société, de dépasser l’individualisme qui cloisonne les esprits. C’est une richesse à cultiver, une source de progrès pour tous. Le renforcement des solidarités passe par un système de protection sociale adapté aux réalités vécues par les citoyens, un consentement à l’impôt réaffirmé comme fondement de notre société, mais également par notre capacité à lutter contre les injustice sociales, les pauvretés et inégalités en tout genre. La solidarité, c’est aussi s’ouvrir aux autres, s’écouter, comprendre que nous sommes tous connectés les uns aux autres pour vivre ensemble.

À la CFDT, nous savons ce que signifie être connectés : adhérents et militants constituent un grand réseau social. Alors, après ces quelques semaines de repos bien mérité, je souhaite que cette université d’été soit, pour vous tous, l’occasion de faire la preuve que nous sommes unis, prêts à réinventer la solidarité de demain.

Invité à animer une conférence plénière d’une heure et demi : « Faut-il un revenu universel ? », en binôme avec Baptiste Mylondo, nous avons tenté de répondre ensemble aux questions préparées :

Dans un monde en perpétuelle mutation, notre modèle de protection sociale a évolué, les réformes successives lui permettant de s’adapter. Mais pour combien de temps encore ? Ne sommes-nous pas au bout du processus ? Ne faut-il pas repenser complètement notre mode de fonctionnement et ses solidarités ?

La révolution numérique, dont tout le monde parle, va potentiellement produire autant de métamorphoses que l’imprimerie ou la révolution industrielle en leur temps. Il semble donc nécessaire de repenser notre modèle. De la conception de la société que nous projetons dépend ce modèle. Nous devons nous impliquer dans ces changements pour contribuer à construire un avenir respectueux de tous et de chacun.

Une société du plein emploi est-elle encore possible ? Et de quels emplois parlons-nous ? A côté de l’emploi, d’autres activités existent ou émergent qui participent aussi à faire vivre une économie, à faire société. Comment les prenons-nous en compte ? Quelle émancipation penser pour que chacun participe et contribue à notre société ?

Ainsi émerge un débat autour du « revenu universel ». Un concept ancien mais qui revient à l’ordre du jour, grâce notamment à de fervents défenseurs dans les sphères politiques, sociales et économiques. Interrogeons les valeurs et la vision politique de ses partisans et de ses détracteurs dans un débat sans tabou qui abordera protection sociale, centralité du travail, droits et devoirs, émancipation et solidarité.


La publication bimestrielle de la CFDT « La Revue » était dédiée à cette université syndicale d’été, où j’ai été invité à publier un article :

cfdt_basquiat

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s