Ce premier janvier 2017 est une date importante pour les promoteurs d’une forme de revenu de base inconditionnel. Deux mille finlandais de 25 à 58 ans, tirés au sort dans tous le pays parmi les chômeurs, recevront pendant deux ans une somme forfaitaire de 560 € tous les mois à la place de leurs allocations chômage.

Trois caractéristiques importantes de cette expérimentation :

  1. Aucun prélèvement fiscal n’est modifié. Les participants à l’expérience reçoivent 560 euros mais ne cotisent d’aucune façon au financement du dispositif.
  2. Le versement de l’allocation universelle se poursuit même s’ils retrouvent un travail, même si leur salaire est élevé.
  3. Les prestations maladie et l’aide au logement sont inchangées. Par contre, lorsque les aides actuelles au chômage sont supérieure aux 560 € du revenu de base, un complément est versé.

Une simulation visuelle

Le premier graphique est hérité d’une présentation du chef de projet Olli Kangas, traduit et adapté. Il illustre le problème aigu que souhaite résoudre le gouvernement finlandais : compte tenu du mode de calcul des aides actuelles, reprendre un travail ne paie pas.

schema_finlande_actuel

Ici, une mère de famille avec deux enfants, sans travail (à gauche sur le graphique), perçoit 1.900 € d’aides tous les mois. Si elle travaille pour un salaire de 3.000 € (à droite), son revenu disponible ne progresse que peu, à 2.400 € par mois. L’incitation à travailler n’est que de 500 €, ce qui en termes économiques révèle un taux de prélèvement marginal implicite de 83%. L’effet de substitution est très fort, décourageant la reprise d’activité.

Dans l’exemple que nous prenons ici, les aides au chômage sont supérieures à 560 € par mois (à gauche du graphique), ce qui fait qu’une partie sera conservée lors de la mise en place du revenu de base.

Avec l’expérimentation qui vient de démarrer en Finlande, le graphique est modifié ainsi :

schema_finlande_rdb

Dans cette configuration, on constate que l’effet du revenu de base est nul pour les faibles salaires (moitié gauche), mais qu’il intervient de façon significative pour renforcer le revenu disponible des salaires modestes ou supérieurs (à droite).

N’anticipons pas…

Cette simulation graphique est très simplifiée. La variété des situations réelles rencontrées lors de l’expérimentation permettra certainement de repérer des cas où la motivation à reprendre un travail sera renforcée par le revenu de base, ce qui est l’objectif du gouvernement finlandais. Mais il est difficile de prédire avec certitude les comportements des personnes composant l’échantillon.

Ce qui est certain, par construction, c’est qu’aucun cas ne sera perdant par rapport au système actuel. Nous ne devrions donc pas observer de désincitation pour le travail. Encore que… Peut être que des comparaisons fines entre les 2.000 bénéficiaires et le groupe témoin vont mettre en évidence des comportements inattendus ?

Soyons clairs sur l’objectif de l’expérimentation finlandaise

Beaucoup a été dit et écrit sur cette première expérimentation en Europe d’un revenu de base inconditionnel. Cependant, les caractéristiques techniques précises du dispositif sont notablement éloignées d’une proposition telle que le Revenu d’Existence, qui est avant tout une réforme de la fiscalité.

Il est assez probable que nous observerons durant les deux années de l’expérimentation que les bénéficiaires ont été plus incités que le groupe témoin à reprendre un travail. Si ceci se confirme, en caractérisant assez finement le profil de ceux qui se trouvent remobilisés par le dispositif, nous aurons fait avancer la connaissance de façon intéressante, mais partielle.

En attendant, travaillons le volet fiscal de nos propositions.

One thought on “Lancement de l’expérimentation finlandaise

  1. Tous gagnants… cette expérience n’est donc pas généralisable.
    Les impôts sont inévitables, et avec eux un taux de prélèvement qui peut dés-inciter à travailler plus.
    Aujourd’hui en France, pour les bas et moyens salaires, le taux marginal de prélèvement – écart entre le revenu toutes charges comprises et le revenu disponible – est erratique (de 50% à 85%, et parfois plus de 100% du fait de certains seuils). Nos règles incompréhensibles sont angoissantes pour ceux qui envisagent de déclarer un revenu supplémentaire ou de travailler plus.
    Le principe du revenu de base (hors APL dans les réflexions actuelles), c’est de passer à un taux de prélèvement uniforme, une règle du jeu simple, juste et transparente.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s